Mardi 19 août 2014 2 19 /08 /Août /2014 15:43

[Sonatine, 2011]

 

avant-daller-dormirVoilà une bonne quinzaine de jours que je n’ai rien publié sur le blog, vacances obligent. Je ne pensais pas que la pause serait si longue, mais il est parfois bon de faire autre chose que lire ! Je reviens donc avec le premier roman de SJ Watson, un thriller psychologique intitulé « Avant d’aller dormir », dont l’adaptation cinématographique sortira en septembre.

 

Résumé

 

Chaque matin, Christine se réveille sans souvenirs, mis à part ceux de son enfance, et parfois ceux de sa vie d’étudiante. Chaque jour, auprès de son mari Ben, elle redécouvre sa vie, photographies et récits à l’appui. Mais à chaque fois qu’elle s’endort, elle oublie tout. Jusqu’au jour où, sur les conseils d’un nouveau thérapeute, le docteur Nash, elle commence à tenir régulièrement un journal. Elle se rend alors compte que ses rares souvenirs ne cadrent pas avec ce que lui raconte son entourage…

 

Un roman addictif

 

Je n’ai pas eu de difficulté à entrer dans ce roman, qui est centré autour de l’amnésie du personnage principal. Dans une première partie, nous débutons une journée avec Christine, dénuée de souvenirs. Puis dans une seconde partie, beaucoup plus longue, nous découvrons son journal et les souvenirs qu’elle a accumulés et consignés au fil des jours. Enfin, le dénouement constitue une troisième partie tout à fait haletante, lors de laquelle les dernières pièces du puzzle se mettent en place. C’est un roman bien mené et assez addictif, je n’ai pas ressenti de longueurs.

 

Un doute omniprésent

 

Peu à peu, on découvre des brides de la vie de Christine, en même temps qu’elle. Mais nous ne pouvons rien tenir pour acquis. Tout au long de l’histoire, l’auteur parvient ainsi à maintenir le doute : Christine se souvient-elle réellement, ou est-elle en train de se fabriquer des souvenirs, de les inventer ? Néanmoins, j’avais à peu près deviné le dénouement, moi qui ne suis pas douée pour cela ! Pour autant, je n’étais pas sûre de moi et cela n’a en rien gâché ma lecture.

 

Les personnages

 

Le personnage de Christine est, par essence, très centré sur elle-même. Complètement perdue, sans souvenirs, sa principale préoccupation est de savoir qui elle est, comment elle a vécu, et surtout, quelle est la source de son amnésie. Aussi, même si elle n’est pas particulièrement attachante, le lecteur la prend en pitié et la soutient dans sa quête. Elle m'a même émue, par moments. Quant à Ben, son mari, il m’a tout de suite inspiré des sentiments mitigés, je l’ai trouvé étrange et n’ai pas pu lui faire totalement confiance.

 

L’écriture

 

Ce roman, le premier pour l’auteur, est écrit et traduit dans un style simple et direct, bien adapté à un thriller psychologique. Les dialogues sont crédibles, les descriptions suffisantes pour se figurer l’action et le décor, et la psychologie du personnage est bien fouillée.

 

En quelques mots…

 

Ainsi, j’ai passé un très bon moment en compagnie de ce thriller psychologique bâti autour de l’amnésie du personnage principal. C’est un roman addictif, et la troisième et dernière partie est tout bonnement haletante. Le fait d’avoir en partie deviné la fin n’a pas suffi à gâcher mon plaisir. J’irai volontiers voir le film au mois de septembre !

 

Note : 4/5

 

Stellabloggeuse

--------

 

« Comme il doit être tentant pour lui de garder le silence, et comme la vie doit être difficile, en sachant que je promène ces brisures de souvenir en moi, tout le temps, partout, comme de minuscules bombes, et qu’à n’importe quel moment l’une d’elles peut perforer la surface et me forcer à vivre la douleur comme si c’était la première fois, en l’entraînant lui aussi dans la souffrance. »

 

 

« Peut-être que tout cela n’était qu’une invention. Une création de mon imagination, pas un souvenir. Etait-il possible que, incapable de saisir le simple fait d’un accident sur une route verglacée, j’aie tout inventé ? Si c’est le cas, ma mémoire ne fonctionne pas. Les choses ne me reviennent pas. Je ne vais pas de mieux en mieux, je suis en train de devenir folle. »

Communauté : Membres de Livraddict
Un commentaire ? - Voir les 2 commentaires
Mardi 5 août 2014 2 05 /08 /Août /2014 17:00

[Actes Sud, 2014]

 

Les_Supremes.jpg« Les Suprêmes » d’Edward Kelsey Moore ont bien fait parler d’elles en ce printemps. Il ne fallait pas plus que l’avis très positif de ma copinaute Plume de Cajou pour que je me lance à mon tour à la découverte de ce premier roman de l’auteur !

 

Résumé

 

Odette, Clarice et Barbara Jean ont été surnommées « Les Suprêmes » par tous leur quartier de Leaning Tree à Plainview, en référence au célèbre groupe, dans les années 1960. Aujourd’hui âgées de plus de cinquante ans, leur amitié est toujours aussi solide, même si la vie ne les a pas épargnées. Tout en faisant face à leurs défis actuels – le cancer, le deuil, l’alcoolisme, l’infidélité – elles se rappellent les épreuves et les bons moments du passé.

 

Une amitié mise à l’épreuve

 

Ce roman est avant tout une belle histoire d’amitié entre trois femmes très différentes (je reviendrai un peu plus tard sur le caractère de chacune). Passé et présent se mêlent pour nous faire entrer dans leurs vies. Elles ont vécu la ségrégation, l’assassinat de Martin Luther King, et ce thème reste en filigrane de tout le roman même s’il n’est pas vraiment abordé frontalement. La ségrégation a marqué leurs vies, et même le paysage. Toutes ont également vécu des deuils, de différentes natures, et la cinquantaine leur réserve son lot d’épreuves, qu’elles soient médicales ou conjugales. Pourtant, leur amitié traversent les décennies.

 

Un roman solaire

 

Mais malgré certaines thématiques difficiles, c’est une histoire qui recèle beaucoup d’humour et de tendresse, un livre lumineux. Les esprits des morts, avec lesquels Odette converse régulièrement, donnent au roman un côté décalé très rafraîchissant. Les personnages ne baissent pas les bras, il se trouve toujours un ami ou un conjoint pour les soutenir dans les moments difficiles. Par ailleurs je n’ai pas vraiment cru au dénouement proposé, mais il m’a semblé en cohérence avec le ton de l’ensemble du roman.

 

Les personnages

 

Les trois personnages principaux donnent toute leur saveur au roman. Ma préférée a été Odette – la principale narratrice de cette histoire. C’est un personnage fort, né dans un arbre, qui ne se laisse pas intimider et toujours prête à se battre pour défendre ceux qu’elle aime. Clarice est un peu moins aimable, elle tient trop aux apparences, mais elle a conscience de ce défaut qui lui vient de sa propre mère, et essaie de déployer ses ailes. Quant à Barbara Jean, l’icône glamour du quartier, c’est un personnage blessé, qui a besoin de ses deux amies pour s’accrocher à la vie. On s’attache également à James, le mari d’Odette, et à la mère de cette dernière, à Larry, à Big Earl ; on adore réprouver cette canaille de Richmond, cette arnaqueuse de Minnie et la peste Veronica… Vous vous régalerez de votre rencontre avec chacun d’eux !

 

L’écriture

 

En ce qui concerne le style, il est agréable et la lecture est fluide. Il y a un habile mélange d’humour (avec des scènes cultes !) et d’émotion, cette dernière vous cueille alors qu’on ne s’y attend pas. On sent chez lui la délicatesse du violoniste. Les descriptions sont suffisantes pour se représenter les personnages et les décors dans lesquels ils évoluent.

 

En quelques mots…

 

Ainsi, ce roman nous raconte une belle histoire de femme et d’amitié, portée par des personnages très bien construits et qui ont tous leur rôle à jouer dans cette histoire. Les épreuves de la vie ne nous sont pas épargnées, mais les Suprêmes les combattent avec une bonne humeur inégalée et nous montrent que même à cinquante ans passés, une vie de femme comporte son lot de défis.

 

Note : 4/5

 

Stellabloggeuse

 

 

--------

 

« -Ce ne sont pas les enfants qui ont changé, Odette, c’est toi. Tu vieillis, glissa Barbara Jean.

-Merci, c’est sympa, les filles. Quel plaisir de venir déjeuner le dimanche et d’apprendre que je ne suis qu’une vieille pie ronflante. Dieu seul sait pourquoi je continue à traîner avec vous, bande de sorcières.

Clarice éclata de rire et riposta « C’est parce qu’on est les seules à ne pas avoir peur de toi et à oser te dire en face que tu es vieille et que tu ronfles. Mais ne t’inquiète pas, on en est toutes là. »

 

« Un jour, début novembre, alors qu’elle était sur le chemin du retour, elle s’arrêta un moment pour contempler Leaning Tree. Les grands arbres biscornus, témoins de son passé, paraient le paysage d’une mélancolie plus puissante encore à présent que leurs feuilles étaient tombées. Elle considéra leurs squelettes voûtés. Ces arbres lui semblaient plus impressionnants que jamais. Ils s’étaient tous adaptés, allant même jusqu’à s’épanouir malgré le grave affront qu’on leur avait infligé. Si Barbara Jean avait eu envie de demander quelque chose à Dieu, c’eût été de lui insuffler la même rage de vivre que ces arbres penchés. »

 

« -C’est Clarice qui sera contente quand je serai chauve ! elle me tannait déjà en quatrième pour que je cache ma tignasse sous une perruque.

 

Clarice savait qu’Odette ne pensait pas à mal en parlant ainsi. Son amie lui aurait volontiers dit la même chose en face avec un large sourire. Mais cette certitude ne lui fut d’aucun réconfort sur le moment. Elle n’eut qu’une envie, se précipiter à l’intérieur et crier à Odette qu’elle l’aimait comme elle était – que ses cheveux soient beaux, moches, ou absents. »

Communauté : Membres de Livraddict
Un commentaire ? - Voir les 0 commentaires
Vendredi 1 août 2014 5 01 /08 /Août /2014 07:00

      Les sorties de l'été et diverses activités ayant un peu pris le pas sur la lecture ces dernières semaines, voici un bilan allégé pour ce mois de juillet

 

Ce mois-ci, j’ai donc lu et/ou chroniqué :

 

Bien mais sans plus :

 

       Les mondes d'Ewilan, tome 2, de Pierre Bottero : L'oeil d'Otolep (3/5)

L'appel du coucou, de Robert Galbraith (3/5)

 

 

J'ai vraiment aimé :

 

La complainte d'Irwam, d'Anna Combelles (3,5/5)

 

    Ils m'ont "embarquée" :

 

Soeurs sorcières, tome 1, de Jessica Spotswood (4,5/5)

Irrésistible attraction, de Simone Elkeles (4,5/5)

 

Coup de coeur :

 

Max, de Sarah Cohen Scali (5/5)

 

 

monde-ewilan2 appel-coucou la-complainte-d'irwam 

Irrésistible attraction soeurs-sorcières max

 

 

Cela fait donc 6 romans, et seul le second tome de la Quête d'Ewilan a été un peu en deçà de mes espérances.

 

 

Les chouchous du mois :

 

         soeurs-sorcières max
   

Les articles les plus consultés par les visiteurs :

 

  -Divergent, tome 2, de Veronica Roth (421 vues) 

 -Divergent, tome 3, de Veronica Roth (85 vues)  

-Eternels, tome 1, d'Alyson Noël : Evermore (30 vues)

 

Comme vous le voyez, il y a un sacré fossé entre les vues de "Divergent" et des autres articles, c'est vraiment LA préoccupation du moment des internautes. Et je m'en réjouis :)

 

  Le mois prochain je souhaite lire : 

 

-Les héritières de Rome, de Kate Quinn

-Night School, tome 4, de CJ Daugherty

-La pluie, avant qu'elle tombe, de Jonathan Coe

-Qui se souvient de Paula ? de Romain Slocombe

-Au revoir là-haut, de Pierre Lemaître

-Couleur ketchup, d'Annabel Pitcher

 

 

  En ce moment je lis :

 

 avant-daller-dormir

 

Du nouveau dans ma bibliothèque :

 

-Projet Oxatan, de Fabrice Colin (troc)


projet-oxatan-copie-1.gif

  
   

Ce mois-ci le blog a reçu :

 

2106 visites.

Tout comme moi, en ces périodes de congés, vous avez autre à faire que de visiter les blogs, mais chacune de vos visites me comble de joie ;) Bon mois d'août et bonnes lectures !

     

Stellabloggeuse

Communauté : Membres de Livraddict
Un commentaire ? - Voir les 0 commentaires
Mercredi 30 juillet 2014 3 30 /07 /Juil /2014 07:00

[Grasset, 2013]

 

appel-coucouAprès avoir adoré, lu et relu, cette série que l’on ne présente plus, Harry Potter, j’ai continué à suivre JK Rowling lors de son incursion dans le roman adulte avec Une place à prendre, qui avait été un gros coup de cœur. Aussi, quand elle s’est aventurée dans le policier sous le pseudonyme de Robert Galbraith, j’ai eu envie de la découvrir également dans ce genre qui m’est moins familier. C’est chose faite grâce à une lecture commune organisée sur Livraddict par Songeuse.

 

Résumé

 

Cormoran Strike est un détective privé qui traverse une mauvaise passe. Endetté, quasiment sans client, il vient de rompre avec sa fiancée et vit dans son bureau. Mais John Bristow, un avocat, vient le trouver pour qu’il enquête sur la mort de sa sœur adoptive, Lula Landry, un top model célèbre dont la mort, après une chute du haut de son balcon, a été classée comme un suicide. Avec l’aide de Robin, sa secrétaire intérimaire, Cormoran va essayer de retracer les dernières heures de la vie de Lula et gratter le vernis des paillettes du show business.

 

Quelques longueurs…

 

C’est un roman assez dense et copieux, qui n’est pas dépourvu de longueurs. En même temps, vu la profusion de détails nécessaires à la reconstitution du dernier jour de Lula, il pourrait difficilement être plus court. On se passe également du temps à découvrir la vie de Cormoran Strike, on nous livre au fur et à mesure des brides de son existence, ce que j’ai plutôt apprécié, même si ce n’est pas directement utile à l’enquête. Cela apporte un peu d’épaisseur au roman et pose les bases des futures suites prévues par l’auteure.

 

Un policier à l’anglaise

 

Dans l’ensemble je dirais que ce roman policier ressemble à des classiques du genre. Il est plutôt bien mené, je n’ai pas deviné le mot de la fin (mais ce n’est pas un critère fiable car je ne devine jamais, petite lectrice crédule que je suis). Mais il ne m’a pas non plus emportée et ne recèle rien d’exceptionnel qui le distingue d’autres romans. L’ambiance est clairement anglaise, policée mais recelant des ombres sous la surface, avec un détective plutôt solitaire et très intelligent. Les amateurs du genre devraient y trouver leur compte, et c’est aussi mon cas.

 

Les personnages

 

Au départ, Cormoran Strike est un personnage qui n’a rien de particulièrement attachant. Et pourtant, on se prend facilement d’affection pour ce grand costaud, vétéran d’Afghanistan et torturé par des fantômes de son passé. Là encore, l’auteure n’invente rien, mais c’est un personnage qui fonctionne, et j’ai bien aimé son côté militaire. Quant à Robin, on la connaît peu, elle est plutôt futée mais elle se laisse influencer par l’humeur des hommes qui l’entourent, elle manque un peu de caractère à mon goût. On croise une multitude de personnages très bien croqués : le styliste Guy Somé, Evan Duffield, l’acteur/chanteur accro aux drogues, le couple Bestigui, Kieran, le chauffeur qui rêve de célébrité, et bien d’autres encore…

 

L’écriture

 

L’écriture m’a paru un peu moins exigeante que celle du précédent roman de l’auteure, même si elle continue d’utiliser ça et là des mots issus d’un registre soutenu, que l’on n’a pas l’habitude de lire. Néanmoins, la lecture est fluide. Les décors sont bien plantés, ainsi que la psychologie des personnages. Un style qui fonctionne pour un roman policier.

 

En quelques mots…

 

Ainsi, JK Rowling nous offre ici un policier à l’anglaise, qui ne révolutionne pas le genre mais qui fonctionne bien, malgré quelques longueurs. Le roman est porté par un détective bourru assez attachant et toute une galerie de personnages hauts en couleur. Je n’en garderai pas un souvenir impérissable, mais j’ai passé un bon moment et il me semble que tous les amateurs de policiers à l’anglaise y trouveront leur compte.

 

Pour vous faire un avis plus approfondi sur la question, je vous laisse découvrir les billets de mes camarades de lecture : Zina, Mickdeka, Piplo ....

 

Note : 3/5

 

Stellabloggeuse

 

--------

 

« Pourquoi es-tu née quand tombait la neige ?
Tu aurais dû venir à l’appel du coucou,
Ou quand les raisins sont verts sur leurs grappes
Ou, au moins, quand les sveltes hirondelles
Se rassemblent pour leur long vol 
Loin de l’été qui se meurt. »

 

 

« Comme il était facile de dénigrer quelqu’un en raison de sa tendance à se faire du mal à soi-même, de le pousser vers le néant et de reculer en haussant les épaules, considérant que cette fin était le résultat inévitable d’une vie chaotique courant à la catastrophe… »

Communauté : Membres de Livraddict
Un commentaire ? - Voir les 2 commentaires
Lundi 21 juillet 2014 1 21 /07 /Juil /2014 11:47

[Gallimard Jeunesse, 2012]

 

max.jpg Les romans ayant pour cadre la Seconde Guerre Mondiale ne manquent pas. Et pourtant, il y a toujours des auteurs qui trouvent un nouvel angle d'approche qui vous font voir les choses sous un jour très différent et vous ouvrent de nouvelles perspectives. "Max" de Sarah Cohen Scali se range dans cette catégorie. Cap sur le IIIe Reich !

 

Résumé

 

Nous commençons à suivre Max (qui préfère largement qu'on l'appelle Konrad, prénom beaucoup plus digne d'un aryen dur comme l'acier) alors qu'il est encore dans le ventre de sa mère. Nous sommes en 1936 et il a été conçu dans le cadre du programme Lebensborn destiné à concevoir de parfaits petits aryens en sélectionnant soigneusement leurs parents, et en les soumettant à une éducation nazie dès le plus jeune âge, afin qu'ils deviennent plus tard les cadres du régime et des combattants. Ainsi, dès sa naissance, Max est dévoué au Führer et assimile totalement la doctrine nazie. Dès son plus jeune âge, il n'aura de cesse de se mettre en danger et de servir de son mieux Hitler lors de diverses missions...

 

Un ton particulier pour ce roman historique

 

Ce roman historique a un ton particulier qui le distingue de tous les autres. En effet, le personnage est un parfait petit nazi, et il affirme ses convictions sans se soucier du politiquement correct et de la sensibilité de ses lecteurs. En d'autres termes, il ne mâche pas ses mots, et c'est à la fois dérangeant et jouissif. J'ai trouvé très intéressant le fait de découvrir la Seconde Guerre Mondiale par le prisme d'un personnage nazi, cela lui donne une autre perspective. En filigrane, on retrouve les grandes étapes de la guerre : l'invasion de la Pologne, la nazification des enfants des pays conquis, Pearl Harbor, les camps de concentration, l'avancée russe et leur arrivée à Berlin...

 

La trajectoire personnelle de Konrad/Max

 

Mais ce qui m'a le plus passionnée, c'est l'évolution personnelle de Konrad/Max. On le suit tout d'abord à la pouponnière, dans les bras de sa mère. Puis, âgé de 4 ans, il part en Pologne où il découvre la situation locale. Il ira ensuite à l'école, où il sera forcé de reconsidérer ses convictions sur les Juifs, puis à l'école militaire, la Napola, pour finir errant dans un Berlin en ruine à la fin de la guerre. Il passe par tout un tas de péripéties qui donnent du rythme au roman. Seule la fin m'a laissée un peu sur ma faim, je l'aurais souhaitée un peu plus étoffée. Mais en même temps, il fallait bien finir à un moment ou un autre, et je n'en avais pas envie.

 

Les personnages

 

Konrad/Max est un personnage fascinant. Lorsqu'il n'est encore qu'un bébé, son esprit est totalement imprégné du nazisme dont il ne remet aucun précepte en cause. Puis, alors qu'il grandit, qu'il gagne en capacité de réflexion et qu'il fait ses propres expériences, sa personnalité se complexifie de plus en plus. Le doute s'insinue en lui et il commence à penser par lui-même. Il souffre aussi, à sa manière, et voilà pourquoi à aucun moment on n'arrive à le détester. Autour de lui gravitent plusieurs personnages, les principaux étant le docteur Ebner qui a réellement existé, et Lukas qu'il considère comme son frère.

 

L'écriture

 

En ce qui concerne le style, j'ai été très sensible au ton caustique du roman. Le narrateur a un côté cynique assez réjouissant. Régulièrement, l'auteure utilise des mots ou expressions allemandes qui contribuent à créer cette atmosphère particulière. Ce roman se lit bien, et s'il n'est à conseiller qu'à de grands ados (à partir de 14/15 ans), c'est davantage pour la dureté de son propos et son épaisseur que pour son écriture.

 

En quelques mots...

 

Ainsi, j'ai adoré ce roman historique pas comme les autres et ce personnage de petit nazi qui, malgré ses principes et sa carapace, se cogne à la vie et ne peut s'empêcher de ressentir la souffrance et l'injustice autour de lui. J'ai été complètement séduite par le ton particulier du roman, assez cynique, à la fois réjouissant et dérangeant. Ce n'est ni plus ni moins qu'un joli coup de coeur.

 

Note : 5/5 (Coup de coeur)

 

Stellabloggeuse

 

--------

 

Ce roman fait partie du challenge :

  big-challenge-2014

Big Challenge Livraddict 2014 : 7/5

 

--------

 

« Encouragez moi ! Pensez à ce que je vous ai dit : je DOIS être blond. Je DOIS avoir les yeux bleus. Je DOIS être vif.
Élancé.
Dur.
Coriace.
De l'acier de Krupp. »

 

« Nous ferons croître une jeunesse devant laquelle le monde tremblera. Une jeunesse impérieuse, intrépide, cruelle. C'est ainsi que je la veux. Elle saura supporter la douleur. Je ne veux en elle rien de faible ni de tendre. Je veux qu'elle ait la force et la beauté des jeunes fauves. Je la ferai dresser à tous les exercices physiques. Avant tout, qu'elle soit athlétique : c'est là le plus important. C'est ainsi que je la ramènerai à l'innocence et à la noblesse de la nature. Je ne veux aucune éducation intellectuelle. Le savoir ne fait que corrompre mes jeunesses. »

 

« Je réfléchis. Est-ce que j'ai du chagrin ? Non. Elles crèvent toutes, les mères ! Celles qui ont élevé leurs enfants, comme Lukas et Manfred, et celles à qui on a enlevé leur enfant. Les mères sont kaputt! C'est la guerre. »

Communauté : Membres de Livraddict
Un commentaire ? - Voir les 1 commentaires

Qui suis-je ?

  • : Des romans entre deux mondes
  • Des romans entre deux mondes
  • : Ce blog de romans a été créé par Stellabloggueuse pour vous faire partager les lectures d'une jeune femme d'une vingtaine d'années. Un âge où le coeur balance entre littérature jeunesse et adulte. Ambassadrice de la collection eXprim', je lui réserve une place privilégiée dans mes commentaires. A travers mes modestes critiques de romans, j'espère simplement vous donner envie de faire quelques découvertes, et d'aller piocher dans tous les domaines. Pas de frontière dans le monde du roman!
  • : 27/12/2010

Mes Coups de Coeur

CDC.jpg

Retrouvez la liste de mes coups de coeur sur Sens Critique !

Recherche

Aimez-moi sur Facebook !

Mes challenges

 

  ABC2014-demi-challenge

New Pal 2014

big-challenge-2014.png

challengeR

Partager

OverBlog

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés