Jeudi 23 octobre 2014 4 23 /10 /Oct /2014 08:22

Le blog va fermer! Tous les billets ont été rapatriés ma nouvelle plate-forme ! Rendez-vous à cette adresse !

 

J'espère vous y retrouver nombreux, merci pour votre fidélité et vos visites tout au long de ces 4 denières années :)


Un commentaire ? - Voir les 0 commentaires
Samedi 30 août 2014 6 30 /08 /Août /2014 07:00

[Robert Laffont, 2014]

Le blog va fermer! Tous les billets ont été rapatriés ma nouvelle plate-forme ! Rendez-vous à cette adresse !

 

night-school t4*Attention, il s’agit du quatrième tome d’une saga : présence de spoilers sur les tomes précédents *

 

Night School de CJ Daugherty est une série assez addictive, qui propose un savant mélange de suspense, de jeux de pouvoir et de romance. Après un premier tome convaincant, un second tome qui m’avait mise dans tous mes états et un troisième tome centré sur la recherche de l’espion, j’étais avide de connaître la suite.

 

Résumé

 

Après la dernière invasion de Cimmeria par les hommes de Nathaniel, Allie et Rachel ont été forcées de fuir et de se cacher. Elles sont désormais réfugiées dans le Sud de la France, chez les parents de Sylvain. Mais la tranquillité des plages du Sud de la France va bientôt voler en éclats, et il faudra se résoudre à retourner à Cimmeria. Une école quasi déserte, un climat de suspicion permanent, un garde à chaque angle de couloir… C’est dans cette atmosphère très lourde que se préparent de futurs pourparlers avec Nathaniel.

 

Côté intrigue

 

Ce tome marque une timide avancée dans l’intrigue. Les événements penchent en faveur de Nathaniel, ce qui pousse Lucinda à préparer des pourparlers. En ce qui concerne Cimmeria, l’espion est tout près d’être démasqué, et les élèves de la Night School s’entraînent. Ce quatrième volet démarre sur les chapeaux de roues, dans un suspense assez haletant. S’il y a ensuite quelques longueurs, mais la fin est également trépidante et les vingt dernières pages vous feront vivre de véritables montagnes russes émotionnelles, du bonheur intense à la peur la plus primitive. Vivement le dernier tome !

 

Côté romance

 

Comme dans le tome précédent, le triangle amoureux se fait un peu plus discret, mais reste bien présent. Si Sylvain est mis en avant dans la première moitié du roman, Carter est toujours là, fidèle à lui-même. Allie s’efforce de faire un choix et de s’y tenir, mais a-t-elle fait le bon ? Cette question la hante tout au long du roman, jusqu’à ce qu’elle soit enfin sûre d’elle. Je ne vous dirai rien de son choix, pas même s’il m’a convenu, car vous devineriez facilement ce qu’il en est et je ne veux pas vous spoiler.

 

Les personnages

 

Dans la lignée du tome précédent, Allie mûrit et se préoccupe enfin des conséquences de ses choix sur les autres. Elle est prête à se mettre en danger par loyauté pour ses amis et Lucinda, elle est courageuse et volontaire. Sentimentalement en revanche, elle est encore très hésitante et se traite elle-même régulièrement d’idiote. Mais elle progresse également.

 

Quant à Sylvain, il nous montre de nouvelles facettes de lui-même, on oublierait presque (je dis bien PRESQUE), ce qu’il a fait dans le premier tome. Carter est toujours là, entre colère et compréhension, entre rancœur et désir. Ce personnage continue à me fasciner. Enfin j’ai trouvé le comportement de Rachel assez étrange, je me demande ce qu’elle cache.

 

L’écriture

 

Je ne sais pas si le style de l’auteure s’est amélioré au fil des tomes ou si c’est moi qui ne fait plus attention, prise par l’intrigue, mais ma lecture a été agréable et sans entrave. Les descriptions sont parlantes et efficaces, les dialogues vifs. Pour du YA, c’est tout à fait satisfaisant.

 

En quelques mots…

 

Ainsi, ce quatrième tome démarre sur les chapeaux de roue et se termine de la même manière, avec un suspense insoutenable et beaucoup d’émotions contradictoires. L’intrigue avance timidement, le triangle amoureux est toujours présent mais se dénoue. On ne souhaite qu’une chose : connaître la fin !

 

Note : 4,5/5 (j’aurais mis 4 sans les 20 dernières pages)

 

Stellabloggeuse

 

--------

 

Ce roman fait partie du challenge :

 

  challengeR

 

Challenge 100% R : 17e lecture

 

--------

 

« La détonation fit voler en éclats la tranquillité de la crique. Allie sursauta et commença à couler. Mais avant qu’elle se retrouve la tête sous l’eau, Sylvain la rattrapa et l’attira à lui. Puis il examina attentivement la plage. Accrochée à ses épaules, elle suivit son regard. Le paysage n’avait pas changé. Ils avaient toujours sous les yeux le sable fin, les imposants rochers et la mer bleue. Mais à présent, ce décor de carte postale lui paraissait différent : dangereux. »

 

« Je sais tout de toi, Allie. Et Nathaniel aussi. Nous connaissons tes forces et tes faiblesses. Ce que tu es prête à sacrifier, et ce qui te détruirait.

Il esquissa un sourire mauvais et ajouta :

-Nous savons tout. »

 

« Mais il était trop tard pour revenir en arrière. On ne peut pas se rétracter après une déclaration d’amour. Elle ne peut pas être retirée ou rayée des registres. Une déclaration d’amour est là pour toujours. »

Communauté : Membres de Livraddict
Un commentaire ? - Voir les 0 commentaires
Mardi 26 août 2014 2 26 /08 /Août /2014 12:12

[Presses de la Cité, 2014]

 

Le blog va fermer! Tous les billets ont été rapatriés ma nouvelle plate-forme ! Rendez-vous à cette adresse !

 

héritières rome J’ai découvert Kate Quinn en 2012 grâce au coup de cœur de ma copinaute Plume de Cajou. J’ai adoré ses deux premiers romans, "La Maîtresse de Rome" qui se déroule sous le règne de Domitien, et « L’impératrice des sept collines » qui lui fait suite en dépeignant une grande partie du règne de Trajan. Je vous rappelle que tous deux existent désormais en poche, vous n’avez pas d’excuse pour ne pas sauter le pas ! Ici, avec « Les héritières de Rome », l’auteure nous propose un préquel qui se déroule en 69, une année qui aura vu couronner et mourir 3 empereurs.

 

Résumé

 

Dans ce roman, nous suivons quatre cousines de la lignée des Cornelii (deux ont réellement existé, et les deux autres sont une invention de l’auteure). La plus âgée, Cornelia, est mariée à Pison, un proche de Galba qui pourrait bien devenir empereur. C’est une parfaite maîtresse de maison, mais elle attend en vain de pouvoir donner un enfant à son mari. Sa sœur, Marcella, est une intellectuelle qui écrit sur l’Histoire et aspire à passer à l’action. La troisième, Lollia, est une riche héritière qui attire les convoitises et qui n’a pas vraiment la tête sur les épaules. Enfin la quatrième, Diane, ne jure que par les courses de chevaux. Toutes les quatre seront impliquées, volontairement ou malgré elle, dans la valse des empereurs qui marque l’année 69.

 

Retour à Rome

 

J’ai retrouvé avec délices l’ambiance de Rome que Kate Quinn sait si bien dépeindre. Après nous avoir emmenés dans les arènes des gladiateurs et sur les champs de bataille, elle nous convie cette fois-ci aux courses de char du Cirque Maxime, et l’on s’y croirait. Une fois encore, l’auteur nous entraîne entre histoire et fiction, brouillant les pistes (mais à son habitude elle démêle le vrai du faux dans une postface historique bien utile), mêlant la politique aux histoires d’amour.

 

Un tome très politique

 

Tout comme « L’impératrice des sept collines », nous sommes dans un tome plus politique. En quelques mois, trois empereurs se succèdent et connaissent une mort violente. Les alliances et les manipulations se multiplient. Entre ces règnes agités, l’auteure parvient à tisser une histoire de famille. Chacune des quatre cousines se retrouvent impliquées auprès d’au moins un empereur. Cette succession d’empereur donne un rythme assez haletant au roman, et la fin m’a particulièrement surprise et séduite.

 

Un préquel

 

Ce préquel pose également les bases de la Maîtresse de Rome, nous retrouvons ici plusieurs personnages de ce roman avec quelques années de moins. Nous retrouvons notamment Domitien qui progresse lui aussi vers le pouvoir.

 

Les personnages

 

Comme les autres romans de Kate Quinn, celui-ci offre une incroyable galerie de personnages hauts en couleurs, à commencer par les quatre cousines. Cornelia offre d’abord une image assez rigide, digne en toute circonstance. Mais le malheur fissure l’armure et elle agit de plus en plus en femme libre, ce qui m’a plu. Marcella m’a tout d’abord été sympathique par son intelligence, mais son goût pour l’intrigue est poussé trop loin, je ne pouvais pas la suivre. Lollia connaît une belle évolution, elle qui est au départ une jeune femme évaporée devient peu à peu une bonne mère, responsable, et prend son destin en main. Quant à Diane, elle est un peu au-dessus de tout ça, sa passion pour les chevaux et les courses prend le pas sur le reste.

 

Pour le reste, j’ai été heureuse de retrouver Marcus Norbanus et Domitien, qui est toujours aussi redoutable sous ses airs juvéniles. Les empereurs éphémères ne sont pas très présents, mais chacun a une personnalité bien distincte. Il y a également quelques personnages que l’on adore détester, notamment Tullia, mais pas de « grand méchant » à signaler.

 

L’écriture

 

Comme ses prédécesseurs, ce roman est très agréable à lire. Le style est fluide, on ne bute pas à la lecture. Les descriptions sont toujours aussi riches et vivantes et les dialogues convaincants. Je me régale, tout simplement.

 

En quelques mots…

 

Ainsi, jamais deux sans trois, j’ai adoré ce petit dernier de Kate Quinn qui pose les bases de la Maîtresse de Rome et qui met des visages et des romances sur la valse des empereurs qui a marqué l’année 69. J’ai apprécié l’ambiance, la galerie de personnages et le rebondissement inattendu que nous offre la fin du roman. A lire, et vivement le prochain !

 

Note : 4/5

 

Stellabloggeuse

 

--------

 

« Le veuvage de trois d’entre elles lui apparaissait avec une clarté parfaite ; quantité de malheurs pour l’une et la renommée pour l’autre ; un total de onze époux et huit enfants à elles quatre. Sans oublier, bien sûr, cette petite main trempée de sang. »

 

 

« La foule, de plus en plus dense, les empêcha pourtant d’exécuter cet ordre. La litière chancela, une première puis une seconde fois, avant de basculer sur le côté. Marcella fut projetée sur les pavés, que ses hanches heurtèrent douloureusement, et Lollia s’étala sur ses jambes avec un petit cri perçant. Diane fut la première à se redresser. Les porteurs filaient dans la nuit. Plusieurs gamins poussèrent des hourrah et sautèrent dans la litière par jeu. Le reste de la populace conserva le silence. Marcella aperçut des yeux de jais, luisants, qui la jaugeaient, et une boule de peur lui monta dans la gorge. »

Communauté : Membres de Livraddict
Un commentaire ? - Voir les 0 commentaires
Mercredi 30 juillet 2014 3 30 /07 /Juil /2014 07:00

[Grasset, 2013]

 

appel-coucouAprès avoir adoré, lu et relu, cette série que l’on ne présente plus, Harry Potter, j’ai continué à suivre JK Rowling lors de son incursion dans le roman adulte avec Une place à prendre, qui avait été un gros coup de cœur. Aussi, quand elle s’est aventurée dans le policier sous le pseudonyme de Robert Galbraith, j’ai eu envie de la découvrir également dans ce genre qui m’est moins familier. C’est chose faite grâce à une lecture commune organisée sur Livraddict par Songeuse.

 

Résumé

 

Cormoran Strike est un détective privé qui traverse une mauvaise passe. Endetté, quasiment sans client, il vient de rompre avec sa fiancée et vit dans son bureau. Mais John Bristow, un avocat, vient le trouver pour qu’il enquête sur la mort de sa sœur adoptive, Lula Landry, un top model célèbre dont la mort, après une chute du haut de son balcon, a été classée comme un suicide. Avec l’aide de Robin, sa secrétaire intérimaire, Cormoran va essayer de retracer les dernières heures de la vie de Lula et gratter le vernis des paillettes du show business.

 

Quelques longueurs…

 

C’est un roman assez dense et copieux, qui n’est pas dépourvu de longueurs. En même temps, vu la profusion de détails nécessaires à la reconstitution du dernier jour de Lula, il pourrait difficilement être plus court. On se passe également du temps à découvrir la vie de Cormoran Strike, on nous livre au fur et à mesure des brides de son existence, ce que j’ai plutôt apprécié, même si ce n’est pas directement utile à l’enquête. Cela apporte un peu d’épaisseur au roman et pose les bases des futures suites prévues par l’auteure.

 

Un policier à l’anglaise

 

Dans l’ensemble je dirais que ce roman policier ressemble à des classiques du genre. Il est plutôt bien mené, je n’ai pas deviné le mot de la fin (mais ce n’est pas un critère fiable car je ne devine jamais, petite lectrice crédule que je suis). Mais il ne m’a pas non plus emportée et ne recèle rien d’exceptionnel qui le distingue d’autres romans. L’ambiance est clairement anglaise, policée mais recelant des ombres sous la surface, avec un détective plutôt solitaire et très intelligent. Les amateurs du genre devraient y trouver leur compte, et c’est aussi mon cas.

 

Les personnages

 

Au départ, Cormoran Strike est un personnage qui n’a rien de particulièrement attachant. Et pourtant, on se prend facilement d’affection pour ce grand costaud, vétéran d’Afghanistan et torturé par des fantômes de son passé. Là encore, l’auteure n’invente rien, mais c’est un personnage qui fonctionne, et j’ai bien aimé son côté militaire. Quant à Robin, on la connaît peu, elle est plutôt futée mais elle se laisse influencer par l’humeur des hommes qui l’entourent, elle manque un peu de caractère à mon goût. On croise une multitude de personnages très bien croqués : le styliste Guy Somé, Evan Duffield, l’acteur/chanteur accro aux drogues, le couple Bestigui, Kieran, le chauffeur qui rêve de célébrité, et bien d’autres encore…

 

L’écriture

 

L’écriture m’a paru un peu moins exigeante que celle du précédent roman de l’auteure, même si elle continue d’utiliser ça et là des mots issus d’un registre soutenu, que l’on n’a pas l’habitude de lire. Néanmoins, la lecture est fluide. Les décors sont bien plantés, ainsi que la psychologie des personnages. Un style qui fonctionne pour un roman policier.

 

En quelques mots…

 

Ainsi, JK Rowling nous offre ici un policier à l’anglaise, qui ne révolutionne pas le genre mais qui fonctionne bien, malgré quelques longueurs. Le roman est porté par un détective bourru assez attachant et toute une galerie de personnages hauts en couleur. Je n’en garderai pas un souvenir impérissable, mais j’ai passé un bon moment et il me semble que tous les amateurs de policiers à l’anglaise y trouveront leur compte.

 

Pour vous faire un avis plus approfondi sur la question, je vous laisse découvrir les billets de mes camarades de lecture : Zina, Mickdeka, Piplo ....

 

Note : 3/5

 

Stellabloggeuse

 

--------

 

« Pourquoi es-tu née quand tombait la neige ?
Tu aurais dû venir à l’appel du coucou,
Ou quand les raisins sont verts sur leurs grappes
Ou, au moins, quand les sveltes hirondelles
Se rassemblent pour leur long vol 
Loin de l’été qui se meurt. »

 

 

« Comme il était facile de dénigrer quelqu’un en raison de sa tendance à se faire du mal à soi-même, de le pousser vers le néant et de reculer en haussant les épaules, considérant que cette fin était le résultat inévitable d’une vie chaotique courant à la catastrophe… »

Communauté : Membres de Livraddict
Un commentaire ? - Voir les 3 commentaires
Mardi 15 juillet 2014 2 15 /07 /Juil /2014 18:37

 

[Rageot, 2005]

 

*Attention, il s'agit du second tome d'une saga, présence de spoilers sur les tomes précédents*

 

monde-ewilan2Depuis que j'ai découvert Pierre Bottero avec La Quête d'Ewilan, j'essaie de lire un ou deux de ses livres par an, pour le retrouver régulièrement tout en savourant son œuvre. Pour cette fois, cela a été le second tome des Mondes d'Ewilan, dont le premier tome m'avait paru très prometteur. J'ai découvert ce second tome dans le cadre d'une LC organisée par Darktoy sur Livraddict.

 

Résumé

 

Après que Salim l'ait sauvée des griffes de l'Institution, Ewilan goûte désormais une période de quiétude bien méritée. Elle étudie le dessin à l'académie d'Al Jeit et s'apprête à passer ses examens de fin d'année. Pourtant, elle sent au fond d'elle que son destin l'appelle. Elle doit partir pour Valingaï, afin de ramener Illian chez lui. Plus inquiétant, une présence obscure occupe l'Imagination, mettant les dessinateurs en danger.

 

Retour en Gwendalavir

 

Contrairement au tome précédent qui s'ancrait dans le monde réel, celui-ci se déroule à 99,9% en Gwendalavir. Il est question d'aller explorer des terres inconnues, au-delà de l'oeil d'Otolep et du désert d'Ourou. C'est de là que vient Illian et là que semble siéger une nouvelle menace. La magie du Dessin est présente, même si elle est entravée par cette menace, et nous découvrons encore quelques nouvelles créatures

 

Un tome de transition

 

J'ai trouvé que ce tome était en dessous du premier, comme l'était le second tome de la Quête d'Ewilan. On est un peu dans l'expectative et il ne se passe pas grand chose, en tout cas jusqu'à ce que le voyage vers l'Oeil d'Otolep commence. Ewilan est en pleine réflexion sur son avenir, on prend le temps d'entrer un peu dans sa tête. Néanmoins, la fin est assez haletante et laisse présager un très bon troisième tome, même si encore une fois les problèmes se résolvent un peu trop facilement.

 

Les personnages

 

J'avais bien apprécié Ewilan dans le tome précédent, où elle s'était montrée plus fragile. Ici, elle retombe un peu dans ses travers, pouvant parfois se montrer assez arrogante. Je n'ai pas trop apprécié non plus l'espèce de triangle amoureux qui se met en place. Salim est un peu moins flamboyant que d'ordinaire. Quant à Ellana, elle a aussi une forme d'arrogance et peut se montrer inflexible, mais on en comprend peu à peu les raisons. Enfin, on retrouve avec plaisir les personnages de la Quête d'Ewilan : Edwin, Maître Duom, Artis Valpierre, Mathieu, Chiam Vite...

 

L'écriture

 

C'est un régal de retrouver l'écriture de Pierre Bottero, qui savait mettre en valeur la beauté dans la simplicité. Les descriptions sont juste incroyables de détails, sans vous noyer pour autant, et le tout est extrêmement fluide. Du bonheur imprimé, tout simplement.

 

En quelques mots...

 

Ainsi, j'ai trouvé ce tome, qui se passe essentiellement en Gwendalavir, un peu en dessous du précédent. Ewilan en particulier est un peu agaçante, et l'intrigue met du temps à se mettre en place. En revanche, l'écriture est toujours aussi agréable et le final laisse présager un très bon tome 3.

 

Pour finir, je vous laisse découvrir les avis de mes camarades de lecture : Darktoy (organisatrice), Bouquinette,...

 

Note : 3/5

 

Stellabloggeuse

 

--------

 

Ce roman fait partie des challenges :

 

New Pal 2014

 

Challenge New PAL 2014 : 29/20

 

big-challenge-2014

 

Big Challenge Livraddict 2014 : 6/5

 

--------

 

« Alors il faudra qu'un jour je te parle de ces sentiments étranges qui bouillonnent en moi, de cet irrépressible besoin d'espace et de mouvement qui me pousse vers un avenir dont je sais qu'il ne se déroulera pas à Al Jeit. Je ne serai pas Sentinelle. Jamais. »

 

« Elle savait qu'elle était à sa place en accompagnant Illian jusqu'à Valingaï. La force qui la poussait en avant et que, faute de mieux, elle appelait destin, le lui criait. Elle espérait simplement que cette force émanaitde l'affection qu'elle épouvait pour le petit garçon et n'était pas un courant l'entraînant vers l'avenir sombre qu'elle entrevoyait parfois. Elle revint vers le feu et s'assit près de Salim qui lui sourit et passa un bras sur son épaule. Elle se blottit contre lui. Elle avait conscience de ne pas toujours lui offrir ce dont il avait besoin, ce qu'il méritait, ces gestes, ces mots, ces regards qui sont le reflet de l'amour mais, là encore, elle ne se sentait pas totalement maîtresse de ses actes. »

Communauté : Membres de Livraddict
Un commentaire ? - Voir les 2 commentaires

Le blog va fermer! Tous les billets ont été rapatriés ma nouvelle plate-forme ! Rendez-vous à cette adresse !

Qui suis-je ?

  • : Des romans entre deux mondes
  • Des romans entre deux mondes
  • : Ce blog de romans a été créé par Stellabloggueuse pour vous faire partager les lectures d'une jeune femme d'une vingtaine d'années. Un âge où le coeur balance entre littérature jeunesse et adulte. Ambassadrice de la collection eXprim', je lui réserve une place privilégiée dans mes commentaires. A travers mes modestes critiques de romans, j'espère simplement vous donner envie de faire quelques découvertes, et d'aller piocher dans tous les domaines. Pas de frontière dans le monde du roman!
  • : 27/12/2010

Mes Coups de Coeur

CDC.jpg

Retrouvez la liste de mes coups de coeur sur Sens Critique !

Recherche

Aimez-moi sur Facebook !

Mes challenges

 

  ABC2014-demi-challenge

New Pal 2014

big-challenge-2014.png

challengeR

Partager

OverBlog

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés